Aller au contenu

Les radars de feux provoquent des accidents

Les radars de feux, dans la grande lignée de la répression routière pour améliorer notre sécurité sur la route, provoque une hausse d'accident dans certains endroits. Si on prend l'exemple de la ville de Brunoy dans l'en Essonne, sur la N6, là où les premiers feux ont été installé, de 4 accidents par an ils sont passé à 28 en 2011 et il y a en a déjà 20 en 2012. Dans la même veine, à Linas, le maire a carrément demandé de retirer le radar de sur la N20.

Il y a donc eux des réunions, des concertations, des interrogations, des lectures de chiffres et statistiques, pour constater que les courbes d'accidents restent en hausses (la faute à qui ?).

Comme on peut se l'imaginer, les automobilistes freinent brusquement lors que le feu passe à l'orange, pour éviter de se faire verbaliser. Ils sont surpris puisque aucune signalisation en amont du radar n’existe. Et c'est l'accident avec la voiture de derrière. Le passe de la couleur orange ne dure que trois seconde. Un laps de temps un peu court pour ne pas être pris de court.

La préfecture a affirmé se pencher sur le problème des feux sur les nationales. Une signalisation routière a été installée aux abords du feu. Ce n'est qu'après une période de test qu'il sera effectué quelque chose (sous-entendu après encore de nombreux accidents).

On a donc ici un dispositif anti-accident qui provoque des accidents mais dont les pouvoirs responsable ne veulent pas vraiment s'impliquer pour améliorer le système. On peut se poser la question si ce n'est pas un aveu à peine voilé que la priorité c'est en premier lieu de faire du chiffre d'affaire, comme une entreprise privée en temps de crise, plutôt que de réel ment réduire le nombre d'accident.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *